Femeile vin de pe Venus, bărbaţii de la băut Femeile vin de pe Venus, bărbaţii de la băut

Scurtă istorie a hârtiei igienice

În revista lui Ion Cristoiu, Historia, am descoperit un istoric al… al… al… aaaal… al hârtiei igienice. Îl împart cu voi, ca să nu fiu numai eu cultă și informată. :mrgreen:

14 comentarii

  1. Les premiers papiers toilettes ont été fabriqués en Chine au XIVe siècle mais leur usage était strictement réservé à l’empereur.

    Il faut bien reconnaître que l’homme est le seul animal qui se salisse l’anus en déféquant. Cette constatation a poussé nos ancêtres à développer des techniques afin de se nettoyer cette partie du corps.

    Les Grecs s’essuyaient rarement. Quand ils le faisaient, c’était avec les doigts ou avec des cailloux lisses.

    Aristophane, qui était un poète comique grec du Ve siècle av. J.-C, nous a laissé un témoignage dans l’une de ses satires sociales qui précise le nombre de cailloux utilisés : «Trois pierres peuvent suffire pour se torcher le cul si elles sont raboteuses. Polies, il en faut quatre. »

    Il précise également que la classe riche utilise volontiers des poireaux. Cependant, la technique la plus courante consiste à s’essuyer avec ses vêtements.

    A cet égard, on peut lire dans Homère que Nausicaa demande son char et ses chevaux à son père pour aller laver les chemises de ses frères car ils « ne peuvent briller aux assemblées avec des chemises merdeuses. »

    Les Romains ont également utilisé des cailloux. Au Ier siècle avant notre ère, à Rome, les techniques étaient déjà plus raffinées. Catulle, poète né en Gaule qui a passé la plus grande partie de sa vie à Rome (87-54 av. J.-C.), précise que la classe patricienne se sert de serviettes de tissu.

    Dès la fin du Ier siècle, la laine est adoptée comme papier toilette et il devient courant de la parfumer.

    Martial, poète latin d’origine espagnole, qui passa la plus grande partie de sa vie à Rome y fait référence.

    Au Moyen Âge, on utilise un bâton courbe pour enlever le plus gros des excréments et l’on fignole avec du foin, des feuilles ou une poignée de terre.

    A cette même époque, en Chine, le bâton était déjà utilisé depuis très longtemps. C’était d’ailleurs un objet précieux lors de la succession qui passait de père en fils.

    En Asie, on se servait de coquillages et particulièrement des coquilles vides de moules.

    Durant les XVIIe et XVIIIe siècles, dans les grandes maisons bourgeoises, la mode est de s’essuyer le derrière avec un linge.

    La toile de lin est très à la mode chez les roturiers tandis que la noblesse pousse le raffinement jusqu’à utiliser du velours.

    Au XIXe siècle, l’hygiène n’est pas prise en considération par les médecins. Ils sont très rares à avoir compris l’intérêt d’une bonne hygiène et surtout dans cette partie du corps.

    Le Docteur Rochard choque beaucoup la bourgeoisie quand il écrit vers la fin du XIXe siècle : « La région de l’anus est souvent le siège d’irritations qu’on doit prévenir par un état de propreté rigoureux. »

    Cependant, les mœurs évoluent et les connaissances médicales également.

    En Angleterre, le corps médical précise que «le papier utilisé dans les latrines doit être toujours neuf.» En effet, il n’est pas rare un peu partout dans le monde qu’un morceau de journal qui a déjà servi soit réutilisé. Je vous laisse imaginer le nombre de germes pathogènes que ces papiers souillés transportaient.

    L’histoire industrielle du papier-toilette débute aux Etats-Unis, en 1857, année où Joseph Gayetty fonde la Gayetty’s Medicated paper.

    Dans certains pays, comme la Chine ou les pays de l’Est, il y a une pénurie chronique de papier-toilette. Pendant les Jeux olympiques, le gouvernement chinois a demandé à ce que les toilettes publiques soient pourvues en papier afin de ne pas choquer les Occidentaux.

    Il semblerait, d’après les statistiques, que les pays du Nord aient une hygiène plus stricte que ceux du Sud :

    Etats-Unis : 10 kg par an/personne
    Norvège : 8 kg par an
    Canada : 7 kg par an
    France: 4,6 kg par an
    Belgique: 4,5 kg par an
    Suisse : 4,5 kg par an
    Espagne : 3,9 kg par an
    Portugal : 3 kg par an

  2. Simona, ca intotdeauna, cu sfaturi practice. Multumim, este bine de stiut in zilele noastre, just in case. :mrgreen:

  3. @nedo: O fi vreun coprolit. Sa vedem daca descopera si-al cui.

  4. din cauza asta i se mai soune si curpapir

  5. dos papirul primordial a fost degetul, unealta versatila (re)folosita si in alte scopuri higienico-curative precum scarpinatul, scobitul diverselor cavitati si alte asemenea activitati datatoare de mari satisfactii…

  6. Bun postul, in ton cu vremurile 😈

  7. Iote domne cum se întâlnesc spiritele frumoase: când eram în clasa a doua am scris un tratat pe acest subiect, de le-am dat speranţe alor mei că voi ajunge un al doilea Iorga. Iar eu nici cristoi n-am ajuns.

  8. Primulul jurnal de cazarma a fost tinut pe o hartie roz.

  9. mai corect ar fi fost “americanii folosesc 22 kg de hirtie pe cur de locuitor”

  10. @ik
    sau câte 11 kile pe bucă.
    Doar i-ai văzut ce horizontaly challenged sunt, mai toţi…mi se pare normal.

  11. @para

    “horizontally challenged” 😆
    Asta de unde ai scos-o? E super tare! 😆

  12. para, tot reacţionar ai rămas!

Adaugă un comentariu

Câmpurile marcate cu * sunt obligatorii! Adresa de email nu va fi publicată.
Acest site foloseste serviciul Gravatar pentru afișarea pozei de profil a comentatorilor. Pentru setarea unui avatar, accesați acest link.

Question Razz Sad Evil Exclaim Smile Redface Biggrin Surprised Eek Confused Cool LOL Mad Twisted Rolleyes Wink Idea Arrow Neutral Cry Mr. Green